L’étude soutient la supplémentation en vitamine D pendant la grossesse

L’étude soutient la supplémentation en vitamine D pendant la grossesse

Les chercheurs australiens disent que la carence en vitamine D pendant la grossesse pourrait jouer un rôle dans le développement des traits de l’autisme.

La recherche de l’Université du Queensland fournit des preuves supplémentaires reliant la faible teneur en vitamine D aux troubles neurodéveloppementaux.

Les données de 4200 échantillons de sang de femmes et d’enfants ont montré que les femmes enceintes avec de faibles niveaux de vitamine D à 20 semaines de gestation étaient plus susceptibles d’avoir un enfant atteint de traits autistiques avant l’âge de six ans.

L’association entre la carence en vitamine D développementale et les traits liés à l’autisme peut avoir des implications importantes du point de vue de la santé publique.

« Tout comme la prise de folate pendant la grossesse a réduit l’incidence du spina-bifida, le résultat de cette étude suggère que les suppléments prénataux de vitamine D pourraient réduire l’incidence de l’autisme », explique le professeur John McGrath.

« Nous ne recommandons pas plus d’exposition au soleil, en raison du risque accru de cancer de la peau dans des pays comme l’Australie. »

Les chercheurs suggèrent que de futures études devraient examiner des points temporels supplémentaires pendant la gestation, ainsi que des échantillons de cordon / néonatal.

« Il reste à déterminer si le statut en vitamine D en gestation et en début de vie a une » fenêtre critique « quand le cerveau est différentiellement sensible à cette exposition », disent-ils.

L’équipe du professeur McGrath a déjà trouvé un lien entre une faible teneur en vitamine D dans le sang néonatal et un risque accru de schizophrénie.

Vous pouvez lire l’étude, publiée dans Molecular Psychiatry, ici fraise.