Les médecins surestiment les avantages et sous-estiment les méfaits

Les médecins surestiment les avantages et sous-estiment les méfaits

Les médecins ne sont pas beaucoup mieux que leurs patients quand il s’agit d’estimer les avantages et les inconvénients du traitement, le dépistage et les tests, affirment les chercheurs australiens.

Leur examen systématique de 48 études portant sur 13 000 personnes (principalement) des médecins a révélé que la plupart des participants pouvaient estimer correctement les avantages pour seulement trois des 28 résultats évalués. C’était une histoire similaire pour les préjudices, la majorité des médecins estimant correctement le préjudice pour neuf des 69 résultats.

Et tout comme leurs patients, la plupart des médecins ont tendance à surestimer les avantages des traitements et à sous-estimer leurs méfaits.

Les chercheurs de l’université de Bond dans le Queensland disent qu’il y a beaucoup d’explications possibles pour le décalage.

«La faible sensibilisation des cliniciens aux avantages et inconvénients réels de nombreuses interventions peut refléter une préoccupation pour les mécanismes physiopathologiques des interventions plutôt qu’une efficacité dérivée de l’essai», écrivent les Drs Tammy Hoffmann et Chris Del Mar.

« Ou cela peut refléter ne pas être enseigné, rappelant ou se tenir au courant des preuves pertinentes. »

Cependant, ils notent la difficulté de se tenir au courant des preuves contemporaines en raison de la quantité de recherches publiées en cours.

Quant à la tendance à sous-estimer les dommages et à surestimer les bénéfices, cela peut être attribué à l’existence d’une illusion thérapeutique, commune à la fois au médecin et au patient, affirment les auteurs. Ou cela pourrait être un cas de biais de confirmation.

Quelles que soient les raisons de ces perceptions déformées si communes dans la profession, le problème doit être résolu, disent-ils.

Vous pouvez lire l’étude ici.