Études sur le paludisme grave: un défi pour équilibrer la médecine clinique et la santé publique

Études sur le paludisme grave: un défi pour équilibrer la médecine clinique et la santé publique

La discussion continue des questions soulevées dans mon commentaire récent est un exemple de la tension qui existe entre les efforts de la médecine clinique pour améliorer le traitement du paludisme grave et les efforts de santé publique pour contrôler l’infection paludique et prévenir le paludisme Mortalité liée Cette dichotomie a une longue histoire, remontant au moins à ces agents médicaux indiens du début du XXe siècle qui ont adopté soit une chimiothérapie améliorée, par exemple, SP James ou le contrôle des moustiques, par exemple, Ronald RossAs Maude et al indiquent, le Cependant, la mise en place de tout essai clinique capable de mesurer les issues sévères du paludisme fournit nécessairement des soins infirmiers essentiels, souvent décisifs pour la survie des patients atteints de paludisme grave. de l’intervention, des essais cliniques de paludisme sévère bien exécutés réduiront la mortalité et nécessiteront donc un plus grand échantillon. Un essai d’intervention contre le paludisme grave devrait être approuvé par plusieurs comités d’éthique de la recherche humaine, reflétant à la fois les pays concernés et les promoteurs des essais. Selon mon expérience, aucun d’entre eux n’accepterait un protocole qui fournirait beaucoup Une fois que vous avez accepté cette exigence, la taille de tout essai d’intervention de paludisme grave à la recherche de différences significatives de mortalité augmente considérablement. Cela explique en grande partie pourquoi le traitement est moins efficace que celui qui est actuellement disponible dans les hôpitaux de district. des essais sévères du paludisme, tels que l’essai SEA-QUAMAT en Asie du Sud-Est et l’AQUA-MAT, ont nécessité plusieurs groupes de recherche dans plusieurs pays où le paludisme est endémique, des centaines de patients gravement malades, et durées de plusieurs années Comme indiqué dans la co originale Un grand nombre d’enfants principalement en Afrique et d’adultes principalement en Asie meurent encore du paludisme Ces décès surviennent en grande partie dans des zones où l’accès aux services de santé de base est encore faible et / ou des conflits sociopolitiques se produisent. Les moustiquaires imprégnées de moustiquaires imprégnées d’insecticide de longue durée et les chimiothérapies antipaludiques de base ne suffisent pas pour concevoir et assurer des soins hospitaliers aux patients atteints de paludisme grave. Dans un monde aux ressources limitées, il est tout à fait logique qu’un ministre de la Santé En particulier, compte tenu des réductions spectaculaires de la mortalité infantile toutes causes confondues dans des endroits tels que Zanzibar, où un niveau important de bons services cliniques était déjà présent avant l’introduction de la vaccination de masse. MILD La tension créatrice entre médecine clinique et santé publique ne sera pas résolue par polarisation d approches Cependant, les décisions concernant la recherche de nouvelles interventions contre le paludisme sont actuellement prises par relativement peu de grands organismes de financement qui choisissent entre des groupes de recherche compétitifs qui préconisent différentes propositions de subvention cliquez ici pour acheter. Ces organismes de financement doivent être conscients des défis créés par ce concours professionnel. cela se traduit par des approches différentes pour réduire la mortalité due au paludisme grave

Remerciements

GDS est membre du groupe de référence sur le paludisme pour l’Initiative du Paludisme du Pacifique, partie du programme d’aide de l’Australie et du Malaria Elimination Group de l’Université de Californie, San Francisco, Global Health Group Conflits d’intérêts potentiels GDS: no conflicts |

L’effet de la thérapie antirétrovirale hautement active sur la maladie dermatologique dans une étude longitudinale des femmes infectées par le VIH